Upcoming Match16ème de finale – Championnat de France/22 mai 2022

RCH 27 – 21 Segré

Imprenables !

« La Vendée ne peut être complètement expliquée que si la légende complète l’Histoire. Il faut l’Histoire pour l’ensemble et la légende pour les détails ».

…ça claque, hein ? Vous connaissez ? C’est d’un petit auteur français d’il y a environ 150 ans, un gars qui a un peu compté niveau littérature. Un certain Victor Hugo. Le bouquin, c’est « Quatrevingt-treize », et c’est même son dernier. Bon, juste après il dit que la Vendée est « un prodige », mais ça nous ferait enfler les chevilles, donc on ne va pas en parler ici (…oups !)

Par contre, on peut parler de l’Histoire et des détails qui font la légende. Chez nous, l’Histoire, c’est bien entendu celle du club qui court depuis 2006. Créé sur une terre de ballon rond, il fait alors figure d’OVNI avec les rebonds imprévisibles du sien (même si certains aiment à penser qu’ils peuvent savoir où il va s’arrêter ; ne les écoutez pas, l’imprévu rend notre sport si beau !) Cette année, on va en fêter les 15 ans +1, vu qu’un petit virus nous a volé l’occasion de le faire l’année dernière. Qu’à cela ne tienne, vous serez encore plus nombreux ce 30 avril 2022 !

Cette Histoire, elle est construite par des hommes, des femmes, de tous les âges et de tous les horizons. Ce sont les faits, l’organisation, les licences, les matchs. C’est tout ce qu’on peut lire objectivement, les stats, la progression constante, les résultats, les gens qui gravitent près du terrain, les sponsors qui nous permettent d’organiser la vie dans et autour du club.

Tout le reste, c’est la légende.

Chez nous, la légende, c’est bien sûr l’ambiance, les relations entre les acteurs du club, avec les supporters, entre les joueurs surtout. Ce sont aussi bien tous les morceaux de vie que les morceaux de match, les actions invisibles dans les résumés mais inoubliables dans les têtes, les essais qui restent gravés et qu’on raconte toute la semaine qui suit, le cul qu’on s’est pris et dont on entend parler pendant mille ans mais qui nous a permis de se remettre la tête à l’endroit, la fierté d’une mêlée volée au bon moment avant d’en enchaîner une deuxième parce que les trois-quarts tentent des chisteras improbables, la tactique infaillible des arrières qui ont remarqué le placement défensif hasardeux des adversaires qu’ils ne mettront jamais en œuvre parce que le ballon ne sort pas du bon côté du ruck… tout ça, c’est notre rugby. C’est pour cela qu’on joue, c’est ce que l’on veut transmettre. Ce sont les détails qui font la légende, et qui participent de notre Histoire.

Ce samedi soir, nos joueurs étaient encore une fois prêts à défendre leur première place. Après la superbe prestation sur le terrain de Saumur, il s’agissait de confirmer à domicile sur l’imprenable Stade de la Demoiselle des Herbiers. Tout était réuni pour une belle fête du rugby : les u12 et u14 ont présenté au public, en ouverture, un entraînement pour montrer l’étendue de leur talent et la fiabilité de la formation du cru. La relève est assurée, nous n’en doutons jamais.

Place aux séniors à 20h, devant un public une nouvelle fois nombreux et malgré le Festival Free Sons Divers organisé le soir-même. Pourtant, il y avait La Rue Kétanou et Svinkels ; mais une dernière à domicile en prime time (yes, we speak american), ça ne se loupe pas.

En face, le club de Segré affichait de beaux résultats : 7èmes du championnat, ils ont notamment fait tomber Treillières, Pornic et même Saint-Hilaire. Leur objectif d’accrocher une phase finale de 2ème série est alors loin d’être inaccessible, et un bon résultat aux Herbiers leur permettrait d’affirmer leur place dans le sprint final.

Après une minute d’applaudissement en soutien aux populations qui subissent de plein fouet la folie militaire des Hommes en Europe de l’Est, l’arbitre du soir siffle le début d’un affrontement beaucoup plus réjouissant. Nous mesurons la chance que nous avons de pouvoir pratiquer notre passion quand d’autres s’attachent à survivre ; nos pensées les accompagnent. Si tous les conflits se réglaient sur un match de rugby, il y aurait beaucoup moins de pertes (…mais après réflexion, la Nouvelle-Zélande contrôlerait sans doute le monde. Pas géniale en fait, cette idée.)

La tension et l’émotion qui ont pu se mêler dès l’entrée aux vestiaires côté herbretais ont largement inhibé nos joueurs en début de match : les attaques sont timides, quelques fautes dans le jeu et des approximations ne permettent pas de prendre l’avantage. L’occasion est donnée par les adversaires de prendre les devants sur une pénalité, mais celle-ci fuit les poteaux. La défense segréenne plie parfois, mais ne se rompt pas. Il faut attendre la 25ème minute de jeu pour voir les premiers points ! Si le tableau d’affichage n’était pas électronique, le responsable de la table de marque se serait sans doute endormi. Mais bon, on est modernes, alors il suffit d’appuyer sur des boutons lorsque que Gaël passe en force sur une combinaison des avants. L’essai est transformé, 7-0. En face, les Black Horses lâchent les chevaux (elle est facile, celle-là) et leur numéro 8, très actif sur ce début de match, répond à son tour par un essai que l’arrière transforme. 7 partout, un essai pour chaque troisième ligne centre.

Nos Sang&Or ne veulent pas en rester là ; même si le match est équilibré, il est impensable de laisser échapper cette dernière à domicile. Les trois-quarts se réveillent, le jeu s’emballe, et Charly conforte sa place de meilleur marqueur d’essais du championnat en plantant un doublé en 4min ! Les transformations laisse le score à 21-7 à la pause.

Le discours de la mi-temps rappelle que les débuts de 2ème reprise peuvent être difficiles. Il s’agit de se regrouper et de garder cette avance confortable pour ne pas se faire peur.

Mais se faire peur, c’est quand même plus intéressant pour le public, non ? C’est en tout cas ce qu’on peut penser à la vue de la physionomie du match : les visiteurs traversent la défense herbretaise moins de 5min après leur retour sur le terrain par l’intermédiaire de leur 10 et capitaine. 21-14, un essai transformé d’écart et un combat à la mesure des attentes de l’avant-match, tout est réuni pour une fin de partie à grand suspense !

Il faut dès lors prendre tous les points : une pénalité à la 56ème puis à moins de 10min de la fin du match relèguent les adversaires du soir à 13 points. Il leur faudrait alors marquer par deux fois pour l’emporter…

…et ils marquent ! Il reste à peine 2min de jeu quand l’inévitable numéro 8 segréen signe à son tour l’essai du doublé ! L’arrière transforme en drop pour perdre le moins de temps possible : 27-21, seulement 6 points d’écart et encore un peu de temps à jouer, tout est encore possible !

Le public et le staff du RCH commencent à connaître ces situations de stress intense : il faut savoir rester calme sur le pré, et se jeter sur tous les ballons. La tribune se fait entendre, les supporters et le banc poussent jusqu’à la toute dernière seconde et la sortie du ballon en touche !

Le RCH invaincu à domicile sur l’ensemble de la saison !!!

Victoire 27 – 21

Essais : Gaël, Charly (2)

Transformations : Yann (3)

Pénalités : Yann (2)

Quelle délivrance, quel combat, quelle émotion surtout ! 8 matchs à La Demoiselle, 8 victoires dont 4 en nocturne, une grande première aux Herbiers ! Ces résultats, les joueurs les doivent au travail qu’ils ont accompli jusqu’ici, à leur solidarité et au soutien indéfectible d’un public toujours plus nombreux qui n’hésite pas à braver le froid pour voir leur équipe favorite (ok on avoue, les 4 nocturnes dans le froid, c’était un test pour savoir si vous nous suiviez partout… test réussi, merci !)

Les adversaires du soir n’ont rien lâché et ont bien failli réussir le coup parfait ; merci à eux pour leur investissement dans le jeu, et bon courage pour leur quête de phase finale !

Certains l’ignoraient sans doute, mais plusieurs joueurs de l’effectif sénior du RCH souhaitent terminer leur carrière à l’issue de la saison : cette dernière soirée sur le terrain avec des coéquipiers devenus des copains, devant les familles et les amis, au terme d’un match relevé mais soldé par une victoire au bout du suspense était le plus beau cadeau que nous pouvions leur faire. Ils ont construit pas à pas, mêlée après mêlée, plaquage après plaquage, au fil des matchs et des évènements de la vie du club l’Histoire du RCH. Certains n’ont connu que ce club, d’autres ont choisi d’y terminer leur épopée rugbystique ; tous ont posé leur pierre que personne ne pourra plus enlever. Ils ont aussi forgé la légende, et emporterons avec eux des secrets inviolables… que vous apprendrez peut-être quand vous les rencontrerez dans la tribune du Stade de la Demoiselle dès la saison prochaine ! Car arrêter de jouer au rugby n’est pas arrêter le rugby, qu’on se le dise !

Merci à tous pour cette soirée, merci à Segré à qui nous souhaitons le meilleur, merci au bureau, au staff, aux supporters et aux joueurs pour cet exploit.

Après un week-end de repos, les affaires reprennent le Dimanche 20 Mars sur le terrain de Saint-Hilaire-de-Riez, actuels 2èmes du championnat à 10pts du RCH. La fin de saison s’annonce compliquée, l’objectif Finale est plus que jamais dans les têtes, mais il faudra être forts pour tenir encore et toujours notre statut !

Merci pour tous ces matchs chez nous, aux Herbiers, et rendez-vous à l’extérieur jusqu’à la fin de la saison.

Nous y serons, encore et toujours, et j’espère que vous aussi.

France Rugby

Les Herbiers, page officielle de la Ville

Ligue de Rugby des Pays de la Loire

#rugbyamateur

#rugby

#enroutepour2023

Leave a Reply